CLOSER Records Labelo Rock Indépendant du Havre

SKIN A BUCK

Imaginez un peu deux space-rednecks allumés, deux frappadingues au look rappelant des bouseux à mi-chemin entre ceux  de « Delivrance » ou de « 2000 Maniacs », mais qui en lieu et place d’ultra-violence, auraient mis une dose d’humour et de cheap comics dans leur carburateur …

Mais ne vous méprenez pas, s’ils ont opté pour la formule en duo ce n’est nullement par suivisme moutonnier et pour s’inscrire coûte que coûte dans la mouvance du minimal gang ou autres one man band en vogue depuis quelques années dans les milieux garagistes ou trashy blues en manque de sensation. S’il y a indéniablement du Hazil Hadkins dans leur attitude comme dans les méandres tortueux de leurs esprits perturbés, ils vont bien plus loin musicalement que la simple caricature de chanson et sont parfaitement capables de distiller des hits aux refrains et aux mélodies millésimés.

Nos deux lascars ont décidé de mettre le feu aux poudres avec ce deuxième album (un premier sorti il y a deux ans, auto-produit, sur lequel le staff complet de Closer Records a flashé comme un seul homme ! …), dont la foutraque pochette est ici encore dessinée par Kab, pur allumé et taré du pinceau, descendant tout à la fois de Dubout, Margerin et Gilbert Shelton ! …

Leur univers déjanté est complété par une série de clips furieux et habités, qui mériteraient à eux seuls la sortie d’un DVD/Blu-Ray.

L’album, brut de décoffrage, a été enregistré par leur pote Dimitri (IDC – Image et son – Studio mobile) , live mais sans public, dans leur Quartier Général « Le Galion » (fameux bar/salle de concerts qui a vu défiler depuis un peu plus de sept ans un bon paquet d’artistes de passage, Kid Congo, les Cosmic Psychos, Ben Vaughn, la fine fleur des groupes des labels Beast ou Closer (The Curse par exemple), Henry’s Funeral Shoe, The Bonnevilles, j’en passe et des meilleures…), donnant à cette bruyante enclave de la cité portuaire autrefois prospère un petit air cosmopolite et interlope digne du Hambourg des années soixante …

Osez, usez de ce boucan d’enfer de ce « Two Men Band »,qui vous prouvera qu’à Lorient, il n’est plus seulement question de pêche aux harengs…

© 2013 Closer Records. Tous droits réservés - contact - mentions légales